Samedi 14 juillet

15 h : André Cohen Aknin et Juan Antonio Martinez

15h 45 : Laurine Roux

16h30 :  Marlène Tissot

17 h 15 :  Contes africains pour enfants par Virginie Mouanda

18 h : Dominique Sampiero

18h30 : Marie Clauwaert et Jean Darot des éditions Parole

19 h : lecture de « l’homme semence » aux éditions Parole par Karinn Helbert et Christian Belhomme

21 h : Repas en compagnie des auteurs inscription à la librairie 15 € par personne

Dimanche 15 juillet

9h/ 10h30 : Pérégrination Poétique le long de la Galaure animée par Manuel Van Thienen, accompagnée de poètes   (gratuit sur réservation)

11h : Raoul de Varax

11h 45 : Perrin Langda et Eric Demelis

14 h: Manuel Van Thienen

14h45: Felip Costaglioli

15h30 : Sébastien Berlendis

15h15 : Lionel Bourg

16 h : Vaughan Rapatahana

16 h 45 : Contes africains pour enfants Virginie Mouanda

17h 30 : Frédérik houdaer

18h15 : Didier Malherbe

19 h : Performance peinture musique lecture, Jacob Reymond (peintre) Alain Blanc (auteur)

Tout au long des 2 jours stands des éditeurs et auteurs présents

Buvette

Samedi 14 juillet 

 15h : Andre Cohen Aknin et Juan Antonio Martinez

Homme de théâtre et auteur, il donne des lectures de poésie contemporaine. De sa terre natale, il garde la musicalité. Dans mon pays, dit-il, on parle au son du violon et de la derbouka. Il publie un roman "La lèvre du vent" aux Editions L'Harmattan ; il y évoque l'Algérie, une terre où les traditions juives et berbères se sont mêlées au long des siècles. En 2006, il participe à un collectif de créateurs "31 minutes", un itinéraire entre l'image et le trait, l'écriture et la voix. Apparaît alors une écriture plus sobre. « Le sourire de l'absente", paru aux Editions L'Atelier du Hanneton, est dans ce cheminement. Un texte sur l'exil, le voyage, le double, le masculin et le féminin ; il y a les pays du sud, les pays du nord, les peintures de Giorda et de Modigliani qui bouleversent sa perception, l'amènent à une autre musicalité. Il donne une lecture récital de ce texte, fidèle aux mots de Léopold Sédar Senghor : "le poème n’est accompli que s’il se fait chant, parole et musique en même temps".

15h45 : Laurine Roux

Si Une immense sensation de calme était un roman américain, la critique pavlovienne grimperait aux rideaux en criant au génie devant ce mélange de nature writing, de conte mythologique et d’épopée des corps perdus et retrouvés. Mais Une immense sensation de calme est d’abord un livre de nulle part et c’est pour cela qu’il est si beau. On oublie trop souvent, n’est-ce pas, que les pays sans légende meurent de froid et il a fait déjà plutôt frisquet ces temps-ci, y compris dans la littérature, pour se permettre de passer à côté d’Une immense sensation de calme et du talent de Laurine Roux, une Circé qui fait infuser le rêve dans un réel lui-même incertain. Du grand art.

16h30 : Marlène Tissot 

Marlène Tissot naît un matin par erreur, s’excuse souvent, écrit des histoires, de la poésie jusque dans ses romans, fait des photos loin des clichés, bricole des objets, répare des machines à laver, cuit trop ses confitures, joue parfois avec le feu, n’aime pas tellement parler. Dans sa trousse à outils, les choses du quotidien sont ses crayons de couleur.

17h15 : Virginie Mouanda 

Romancière et conteuse, elle est originaire du Congo et du Cabinda. Après le Congo, elle a vécu à Grenoble où elle travaillé avec le Centre des Arts du Récit en Isère, Elle habite désormais dans les Yvelines. Elle a appris à conter au milieu d’autres enfants pendant les soirées de clair de lune et aussi parfois le soir dans la nuit ténébreuse de la saison sèche à Tchitanzi, un petit village du Congo. La transmission orale a fait l’essentiel de son éducation par sa Grand-mère. L’univers du conte est à la fois une réflexion de la vie et le domaine du rêve et de l’évasion.

Contes pour les enfants et les adultes ………

18 h : Dominique Sampiéro

Ensemble de proses nées lors d’une insomnie, la nuit de la saint Valentin. Une consolation est imaginée dans cette conversation avec une robe. Ce texte cousu à l’endroit à l’envers invente une doublure au manque pour rendre supportable la douleur. Chaque prose imagine une photographie à laquelle s’adresse notre solitude. Dominique Instituteur et directeur d’école maternelle, il quitte l’Éducation Nationale en septembre 1999, pour se consacrer entièrement à l’écriture. Poète, écrivain, scénariste, il anime également des ateliers de parole et de création

18h30 : Claude Fausse et Jean Darot des éditions Parole

Donner la parole, c’est donner la vie.
Donner la parole, c’est la moindre des choses pour un éditeur. Car donner la parole c’est donner la vie au partage, à l’échange et à la diversité des idées, des savoirs, des rêves, des souvenirs. Chez Parole, c’est également ouvrir une fenêtre sur ce monde rural qui est le nôtre et dont la voix et les langues sont souvent peu entendues. Pour autant, nous n’avons pas de frontières. Notre pays de paroles ne fait qu’un avec le reste du monde. Il s’étend jusqu’à embrasser la totalité de la terre, tant que celle-ci reste ronde.

La liberté et la coopérative
Notre maison d’édition est à la fois libre et coopérative. Elle appartient à ceux qui font que les livres sont vivants : aux auteurs, aux lecteurs sans lesquels aucun livre n’a de sens, aux graphistes, imprimeurs, libraires, etc. C’est parce que tous coopèrent à cette biblio diversité que notre société coopérative mérite son nom.

19 h : Karinn Helbert et Christian Belhomme 

Depuis que Christian a découvert le texte de Violette Ailhaud " L'homme semence » il s’est mis dans la tête de créer un spectacle en demandant à Karinn Helbert, magnifique joueuse d'orgue de verre de vous faire découvrir à voix haute ce récit merveilleux publié aux éditions Parole. Une première

21 h Banquet des écrivains 

Venez partager votre dîner avec les auteurs autour d'un bon repas dans les Jardins Statuaires . réservation à la librairie 15 €

dimanche 15 juillet 

de 9 h à 10 h30 péregrination poétique 

 gratuit,sur réservation à la librairie . En compagnie de Manuel Van Thienen et d'autres poétes , départ de la librairie avec un bon café ou thé d'accueil , puis ballade le long de la Galaure accompagné de lectures poétiques 

11 h : Raoul de Varax 

Raoul de Varax, est né à Lyon en 1947. Au collège et au lycée il suit un cursus de lettres classiques (latin et grec). Études scientifiques à Lyon et diplômé de l’École de Chimie de Lyon. Il s’initie à l'allemand au Goethe Institut de Lyon (1968), puis poursuit son étude de l’allemand par l’obtention d’un DEUG (1984) et de plusieurs certificats de licence, dont deux de linguistique (1985), à l'Université de Lyon. Il est passionné depuis plus de quarante ans, par la langue et la littérature allemandes. On note sa publication de traductions d’Hölderlin dans la revue Première Ligne (2012) ; sa présentation d’une petite anthologie de cinq poètes expressionnistes allemands (Trakl, Heym, Benn, Lasker-Schüler, Stadler), dans le n° 28 de la revue NUNC (octobre 2012) ; sa traduction des Hymnes à la Nuit  de Novalis aux éditions l’Atelier du Grand Tétras (juin 2014) ; sa traduction des Hymnes d’Hölderlin, aux Éditions des Vanneaux (juin 2014).

11h 45 : Perrin Langda et Eric Démelis

Trente-cinq personnages créés du fond des labyrinthes imaginaires d’Eric Demelis, isolés dans de petites vignettes dont Perrin Langda s’est efforcé de capter l’état d’esprit. Phrases jamais prononcées, pensées d’êtres de papier blanc, sang d’encre noire de cœurs chinés au vide. Les "Maximes de nulle part pour personne", une galerie de portraits légendés, récit à deux voix qui ne pouvait se dire à une…Éric Demelis, dessinateur obsessionnel, sature depuis quelques années les espaces de ses personnages torturés, imbriqués les uns dans les autres au sein de fusions macabres et tortueuses, principalement à la plume et à l’encre de Chine, sans esquisse préalable. Grand amateur de poésie, il a réalisé une incroyable multitude de livres d’artistes avec de nombreux auteurs. Perrin Langda, écrivain compulsif, fait des poèmes qui s’inscrivent à la moindre occasion sur le premier support venu, carnet, ordinateur, tablette ou téléphone, et finissent éventuellement par s’assembler en recueils publiés çà et là. Adepte du vers court autant que du poème en prose, son souci de l’aspect visuel du poème l’a mené à se rapprocher de divers plasticiens

14h : Manuel Van Thienen 

Sculpteur plasticien, il travaille le bois, l’assemblage de matériaux et le modelage ; dessine (encres), colle (photomontages), grave (linogravure) et peint. Photographe et vidéaste il travaille en numérique. Céramiste, il cuit en raku. Musicien, il compose sur ordinateur. Poète et traducteur, il a fondé la revue Sur le Dos de la Tortue. Il traduit pour de nombreuses revues en Europe et a fait publier une douzaine d’ouvrages d’auteurs étrangers.

14h45: Felip Costaglioli

Vit depuis 25 ans aux États-Unis dans le Minnesota et enseigne l'esthétique du cinéma à St Cloud State University. Il écrit poèmes et nouvelles en catalan, français et anglais. Il poursuit aussi un assidu travail de traduction de poètes divers dans ces trois langues. A publié une quinzaine d´ouvrages de poésie en Espagne et en France. Collabore en tant que performeur avec plasticiens, vidéastes, compositeurs et musiciens au sein de spectacles où s´allient image, son et poésie.

15h30 Sébastien Berlandis

Habités par la hantise de la disparition, les romans suggestifs et sensuels de Sébastien Berlendis cadrent les corps - désirants, dansants, corps fantômes hantant des lieux laissés à l’abandon. Il s’en dégage une mélancolie intemporelle qui tient moins du regret que du désir de rendre présent ce qui n’est plus. Il se défend d’ailleurs de toute nostalgie passéiste : "Je ne veux pas revenir en arrière."

16h 15 Vaughan Rapatahana

Vaughan Rapatahana est un écrivain et un critique néo-zélandais. Bien que peut-être mieux connu pour sa poésie, sa bibliographie comprend également la fiction en prose, le matériel éducatif, les articles académiques, la philosophie et les critiques linguistiques.Rapatahana est d'ascendance maorie, et beaucoup de ses travaux traitent des sujets de la répression coloniale et de la rencontre culturelle. Ses écrits ont été publiés en Nouvelle-Zélande et à l'étranger. En 2009, il était demi-finaliste du Prix Proverse et en 2013 finaliste du prix Erbacce pour la poésie. En 2016, Rapatahana a remporté le prix Proverse Poetry.

17h

Romancière et conteuse, elle est originaire du Congo et du Cabinda. Après le Congo, elle a vécu à Grenoble où elle travaillé avec le Centre des Arts du Récit en Isère, Elle habite désormais dans les Yvelines. Elle a appris à conter au milieu d’autres enfants pendant les soirées de clair de lune et aussi parfois le soir dans la nuit ténébreuse de la saison sèche à Tchitanzi, un petit village du Congo. La transmission orale a fait l’essentiel de son éducation par sa Grand-mère. L’univers du conte est à la fois une réflexion de la vie et le domaine du rêve et de l’évasion.

Contes pour les enfants et les adultes ………

17h 45 : Frédérik Houadaer

Frédérick Houdaer (prononcez « HouDAR ») est né à Paris avant de s’installer en haut d’une colline lyonnaise (la Croix-Rousse).

Ayant grandi dans les années 70, il n’a plus grand-chose à apprendre en matière de secte millénariste. Il est aujourd’hui persuadé que la fin du monde a bel et bien eu lieu (une fois, deux fois, dix fois). Faute d’avoir le coup de crayon nécessaire pour l’évoquer dans une bande dessinée, il vient de commettre un roman sur le sujet. Sans demander l’autorisation à quiconque.

18h 30 :Didier Malherbe

Pourquoi avoir voulu écrire un recueil de sonnets ?

“J’ai écrit mon premier sonnet à 17 ans. La forme m’a toujours intéressé, c’est un véritable microcosme, une forme courte qui ressemble à un petit monde. Je prends souvent l’image du moulin à café à l’ancienne pour parler des sonnets. Le 1er quatrain est le réceptacle dans lequel nous mettons les grains de café, dans le 2e quatrain s’opère le moulinage et les tercets sont les tiroirs desquels nous tirons le résultat : la poudre, la dégustation. À l’oral, la lecture d’un sonnet dure une minute et s’évapore. Je suis un homme de l’oral, de l’ouïe. Avec le sonnet écrit, un retour est possible. J’aime également l’idée de penser le sonnet comme une toupie : tous deux ne tiennent que sur la pointe, le dernier vers. Mon précédent recueil, L’Anche des métamorphoses, était déjà un recueil de sonnets, écrits en hommage à mon instrument fétiche : le saxophone. Je remerciais le roseau de m’avoir laissé jouer de la musique grâce à lui.

19h15: Jacob Reymond et Alain Blanc

Jacob Reymond, un artiste autodidacte qui, de Crest à Aix en Provence, en passant par Paris et Hanoï, a parcouru du chemin...
Il vit avec la musique, elle est partout avec lui, dans sa tête, son cœur, son œuvre. Comme de grands artistes avant lui, Kandinsky, Klee ou De Staël, il peint la musique, ses rythmes, ses sensations, les couleurs qu’elle lui inspire...C'est un artiste multiple, aventurier de l’art, il nous surprend, nous amuse, nous séduit...Voilà pourquoi nous avons voulu vous le faire

Lectures des jardins statuaires

lectures dans les jardins Statuaires

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now